Apr 282012
 

APPEL A LA DEMISSION IMMEDIATE DE LA MINISTRE SUEDOISE DE LA CULTURE

La scène pourrait se passer de tout commentaire. Elle a eu lieu le 15 avril dernier, lors du 75e anniversaire de l’Organisation nationale des artistes suédois à Stockolm. Devant un énorme gâteau en chocolat représentant de manière grotesque et dégradante une femme Noire, les invités, dont la ministre suédoise de la Culture, Mme Lena Adelsohn Liljeroth, se relaient pour se servir. Sauf que tous taillent dans la partie des organes génitaux de la femme-gâteau. Les cris de douleur qui sortent de sa bouche, à chaque coup de couteau, sont émises par l’artiste ayant réalisé l’œuvre, Makode Aj Linde, un métis afro-suédois, qui a prêté sa tête grimée à la femme-gâteau. La ministre va jusqu’à alimenter l’ « excisée ». Cette mise en scène macabre et cannibale est suivie des rires de l’assistance et de flashs d’appareils photos, dans une joyeuse ambiance festive

Parce que cette scène atroce, cruelle, gratuite, hors du temps blesse profondément la dignité humaine et plus particulièrement celle des femmes et des femmes africaines en l’occurrence;

Parce que Mme Liljeroth continue à justifier cette monstrueuse mise en scène comme ayant eu pour objectif de « défier l’image traditionnelle du racisme, de la violence et de l’oppression par la provocation ». La « liberté artistique » ou le « droit à la provocation » ne peuvent défier l’humanité meurtrie et la dignité des femmes, d’êtres humains ;

Parce que, sous prétexte de participer à une opération visant également à rendre hommage aux Africaines excisées, Mme la ministre excise une deuxième fois ces femmes, avec en outre une délectation et une désinvolture non dissimulées ;

Parce que la pratique de l’excision, qui a certes relativement disparu en Europe, en Asie et dans plusieurs pays africains, n’a jamais été éradiquée en s’amusant à cannibaliser la douleur des victimes ;

Parce que cette banalisation des meurtrissures et de la violence faite aux femmes, qui rappellent celles infligées avec le même cynisme à la « Venus Noire », Sarah Baartman, au 19e siècle, en Europe, est une offense inacceptable portée contre toutes celles qui en souffrent dans leur chair ;

Parce que, même si cette horrifiante réalisation est l’oeuvre iconoclaste d’un jeune artiste afro-suédois, Makode Aj Linde, cela ne dispensait pas la ministre d’un devoir de retenue et de responsabilité digne de sa fonction, devant cette évidente dérive raciste et sexiste ;

Parce que, après l’acte honteux, voire criminel, qu’elle a posé et auquel elle continue à donner des justifications déniant aux victimes tout respect de leur douleur, cette ministre ne fait plus honneur à son gouvernement et ne devrait plus y avoir sa place. Pour beaucoup d’ONG en Afrique et dans le monde, l’excision est un crime contre l’humanité qui ne saurait servir de matière à plaisanterie ;

Parce qu’il n’est pas sûr que l’argumentation de la ministre serait valable devant une réalisation similaire jugée antisémite par les organisations juives parce que portrayant une victime de la Shoah transformée en un gâteau aspergé de volute de gaz avant d’être joyeusement consommé ;

Pour toutes ces raisons notamment,

Nous, Signataires de la présente Pétition initiée par l’Observatoire du racisme anti-Noir du CRAN (Carrefour de réflexion et d’action contre le racisme anti-Noir, Berne, Suisse)*, en solidarité avec les associations africaines de Suède et toutes les personnes qui, dans le monde, sont également choquées par ces images,

Appelons à la démission immédiate de la ministre de la Culture de Suède, Mme Lena Adelsohn Liljeroth, en dépit des excuses qu’elle a déjà présentées, ainsi qu’à une déclaration du chef du gouvernement suédois désavouant la participation de la ministre à une action raciste et sexiste.

Nous appelons également l’artiste afro-suédois Makode Aj Linde à présenter des excuses publiques et à s’engager à ne plus utiliser sa « liberté artistique » et son « droit à la provocation » pour des opérations racistes offensant les siens et l’être humain en général.

Signer la pétition : http://www.petitions24.net/appel_a_la_demission_immediate_de_la_ministre_suedoise

Fait à Berne, le 26 avril 2012

Pour l’Observatoire du racisme anti-Noir du CRAN*,

Les Porte-paroles,

André Loembe, Vice-Président

Mutombo Kanyana, Secrétaire général

(cran02@bluewin.ch)

* Créé en 2002 à Berne (Suisse), le CRAN (Carrefour de réflexion et d’action contre le racisme anti-Noir) n’est pas à confondre avec le CRAN-Conseil représentatif des Associations Noires, créé en 2005 en France. Le CRAN.ch a notamment organisé, en 2006, à Genève, la première et unique Conférence européenne contre le racisme anti-Noir, avec une dizaine de pays représentés.

Mise à jour La ministre suédoise de la Culture s’excuse d’avoir excisé un gâteau représentant une femme africaine.

La ministre suédoise de la Culture, Lena Adelsohn Liljeroth, a regretté mercredi le pataquès qu’elle a provoqué le 15 avril en découpant un gâteau représentant une femme africaine, lors du 75e anniversaire de l’Organisation nationale des artistes suédois à Stockholm.

Ce gâteau, se voulant une oeuvre d’art spécialement conçue pour l’occasion afin de dénoncer le racisme, représentait la moitié supérieure d’un corps nu de femme africaine, depuis le vagin. La tête, appartenant au créateur lui-même caché sous la table, poussait des hurlements à chaque fois qu’un convive se découpait une part. L’installation forçait le découpage à se faire au niveau du vagin, symbolisant une excision.

Lena Adelsohn Liljeroth, qui participait à l’événement, a elle-même découpé un morceau de ce gâteau, provoquant la colère notamment de l’Association nationale afro-suédoise, qui y a vu un « acte de mauvais goût et raciste », et exige sa démission.

« Je suis sincèrement désolée si quelqu’un a mal interprété ma participation (à cet événement), s’est excusée la ministre.  Alors que le symbolisme de l’oeuvre est horrifiant, il est dommage et fortement regrettable que la représentation ait été interprétée par certains comme une expression de racisme », ajoute-t-elle, en rappelant que « l’intention artistique (du créateur afro-suédois Makode AJ Linde) était exactement contraire ».

« Je suis la première à reconnaître que l’oeuvre de Makode Linde est hautement provocante dans la mesure où elle reflète délibérément un stéréotype raciste, poursuit la ministre. Mais son véritable objectif (…) est de défier l’image traditionnelle du racisme, de la violence et de l’oppression par la provocation .»

La ministre a rencontré lundi après-midi des représentants de l’Association nationale afro-suédoise qui ont dit après cette rencontre maintenir leur demande de démission de la ministre, selon l’agence de presse suédoise TT.

Lena Adelsohn Liljeroth assure qu’elle a agi par devoir au nom de la liberté artistique, en soulignant que « l’art doit être autorisé à provoquer ».

Source : Libération


Print Friendly, PDF & Email

Pièces Jointes

 Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>