Mar 022016
 
LE PRESIDENT ERDOGAN EN TOURNEE EN AFRIQUE DE L OUEST

Le président ivoirien Alassane Ouattara et son homologue turc Tayyip Erdogan au palais présidentiel d’Abidjan, le 29 février 2016.
© REUTERS/Luc Gnago

EMISSION BBC AFRIQUE

www.bbc.com/afrique

1er mars 2016 – Dernière mise à jour à 07:38 GMT

  • Journaliste : Bruno Sanogo (SK), Journaliste

Emission : Le Journal de l’économie (Matin et Midi).

√ Internet : http://www.bbc.co.uk/afrique/

√ Contact : info@bbc.co.uk

  • Invité : Dr Yves Ekoué AMAÏZO, Economiste, consultant international et

Directeur du groupe de réflexion, d’action et d’influence Afrocentricity Think Tank.

Contact : yeamaizo@afrocentricity.info

Thème : LE PRESIDENT ERDOGAN EN TOURNÉE EN AFRIQUE DE L’OUEST

Ecouter l’échange radiophonique et lire la contribution écrite.

———————————————————————–

Résumé BBC :

L’invité BBC AFRIQUE 01/03/2016 : Dr Yves Ekoué Amaïzo

1er mars 2016

Le Président turc poursuit sa tournée ouest-africaine par les étapes du Ghana, Nigeria et la Guinée. A son arrivée sur le sol africain par la Côte d’Ivoire, le Président Alassane Ouattara a symboliquement remis au Président Erdogan les clés de l’UEMOA. Cette communauté de huit Etats de la zone CFA.

Est-ce le signe d’une entrée turque dans ce marché de 350 millions de consommateurs ? Comment les pays visités peuvent-ils négocier des accords gagnant-gagnant ? L’invité de BBC matin est Yves Ekoué Amaïzo, économiste et directeur du groupe de réflexion et d’influence Afrocentricity.

Il répondait au journaliste de BBC, Bruno Sanogo.

————————————————————————

LA TURQUIE CROÎT EN l’AFRIQUE EMERGENTE : LE PRESIDENT ERDOGAN EN AFRIQUE DE L’OUEST

Le Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, a fait le choix stratégique de « croire » en l’Afrique. Cette stratégie repose sur la volonté de faire des affaires avec l’Afrique et profiter demain d’un large marché régional. Pour ce faire, après plusieurs pays d’Afrique australe, Afrique centrale, c’est le tour de l’Afrique de l’Ouest avec la visite officielle dans les pays suivants : Côte d’Ivoire (28-29 février 2016), Ghana (29 février au 1er mars), Nigeria (2 et 3 mars) et Guinée-Conakry (3 mars).

Le Président était accompagné de près de 150 investisseurs et dirigeants turcs qui viennent avec des projets de délocalisation, d’investissement et des propositions d’échanges commerciaux.

L’objectif de la Turquie en Afrique repose sur la volonté de trouver de nouveaux appuis au plan international dans la diplomatie et de soutenir la croissance économique turque en diversifiant les marchés et les partenaires. L’industrie, le commerce et l’investissement étaient au menu. L’approche repose plus sur le « respect et de l’appréciation mutuelle » que sur le « gagnant- gagnant » proposée par la Chine.

En commençant avec la Côte d’Ivoire (28-29 février 2016), le Président Erdogan répond en fait à une invitation du Président Alassane Ouattara qui avait visité officiellement la Turquie en mars 2015. Mais la Côte d’Ivoire devrait servir de point d’entrée dans l’ensemble du marché de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui comprend le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Rappelons qu’il est possible de créer une société en Côte d’Ivoire en seulement 72 heures, ce qui évidemment devrait attirer des investisseurs étrangers.

Par ailleurs, il est aussi question pour la Turquie d’accompagner l’émergence des pays africains. Dans le cas de la Côte d’ivoire, le volume des échanges entre la Turquie et la Côte d’Ivoire est passé de 330 millions de dollars des Etats-Unis ($EU) en 2014, puis à 390 millions $EU en 2015 et les deux Présidents se sont engagés à atteindre les 1 milliard $EU en 2020.

Cet objectif ne doit pas empêcher les entrepreneurs et le patronat des pays africains visités d’être vigilants. Car à côté des projets spécifiques avec un capital majoritairement turque, c’est aussi le risque de voir graduellement de nombreuses petites et moyennes entreprises africaines être contrôlées par des intérêts turcs. Aussi, tout en améliorant le climat des affaires tant en Afrique qu’en Turquie, les négociations doivent avoir aussi pour objectif de permettre d’assurer une balance commerciale équilibrée et ne pas cantonner les pays africains dans le rôle de simples pourvoyeurs de matières premières non transformées.

Sur un autre plan, il faut remarquer que la femme du Président, Mme Emine Erdoğan dans le cadre de ses activités sociales, a inauguré une école spécialisée pour les enfants présentant des maladies et des déficiences visuelles. Le financement a été assuré par l’Agence turque de coopération internationale et de la coordination (TIKA).

Il reste donc à avoir la liste des investisseurs africains qui proposeront d’aller investir ou rentrer en partenariat avec des Turcs sur le sol Turcs. Quelques footballeurs africains sont déjà installés en Turquie et s’y sont bien adaptés.

Dr. Yves Ekoué AMAÏZO

Directeur du Groupe de réflexion, d’action et d’influence Afrocentricity Think Tank

1er mars 2016

©  Afrocentricity Think Tank

02 Mars 2016

Print Friendly, PDF & Email

 Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>